Les paludiers sont à l’œuvre pour reconsolider les salines : les digues qui se sont effondrées, des coulées de terre qui ont envahies les salines ou alors simplement du retard dans la préparation de la prochaine récolte de sel.

 

Travail-dans-les-salines.jpg

 

 La grande marée de mardi inquiète

Une grande marée de coefficient 112 avec du vent de 80 km/h, c’est pas mal d’inquiétudes dans les communes qui ont déjà souffert le mois dernier…

Un plan Vigicrue classé jaune sur le littoral de la Loire-Atlantique, des coups de vent à 80 km/h : avec une grande marée de coefficient 112, les communes touchées le 27 février s’inquiètent. Batz se félicite avec les paludiers des rapides travaux de colmatage de la digue dans le traict du Croisic, mais reste très vigilant. La salle des fêtes est prête à accueillir d’éventuels sinistrés. Le Croisic a prévu des employés municipaux en astreinte au cas où… La Baule compte sur ses murets le long de l’étier pour éviter les débordements.


Ouest-France.jpg
©OuestFrance

Article in Ouest France, 27 mars 2010 : Un mois après la tempête, les 32 brèches colmatées.  Dans les marais salants, la grande marée est attendue de pied ferme.
Les 15 km de digues protègent à nouveau l'outil de travail des paludiers contre les assauts de la mer. Un chantier colossal.


sn60_906013_2_apx_470_.jpg 
©OuestFrance


"Toutes les brèches sont colmatées ! Dès ce week-end, nous pouvons garantir la sécurité hydraulique de la digue." C'est un véritable ouf de soulagement pour Philippe Caron, adjoint aux infrastructures du conseil général et aussi pour tous les paludiers. La tempête du 28 février a laissé son empreinte dans le marais. La conjonction de phénomènes naturels, hors du commun, a généré une surcôte d'environ 1 mètre au-dessus du niveau de la mer, laissant l'eau passer au-delà des digues de protection.

Une marée de 112, mardi

"Pour l'instant, on a juste remis de l'argile pour colmater les 32 brèches d'une largeur de 5 à 25 mètres. Il fallait être prêts avant la prochaine grande marée aux coefficients de 112, mardi prochain." Une course contre la montre engagée par huit entreprises, une cinquantaine d'hommes et une trentaine d'engins, dont 14 pelles mécaniques, 2 pelles amphibies, 3 barges..."

Accès à l'article

Retour à l'accueil