Face à Piriac, la plus grande île de Loire-Atlantique reste très discrète. Elle n'a pas l'aura de ses voisines morbihannaises avec pourtant quelques atouts qu'elle pourrait faire valoir.


L'île s'est appelée du May, puis du Mes, du nom du marais de Mesquer, avant de devenir Dumet. Elle fut habitée durant une vingtaine d'années par le couple Fleury de Vallois, descendants de Capésiens. Elle possède un fortin semi-enterré datant de 1850 de type Vauban, en parfait état pour n'avoir jamais connu de débarquement d'assaillants. De traces humaines, il ne reste sur l'île qu'une maison en ruines, inhabitée depuis une trentaine d'années. L'île a fait parler d'elle récemment avec la découverte par un pêcheur à pied d'un squelette daté de 800 ans.

 

Eloignée de 7 km de la côte piriacaise, l'île Dumet est un rocher de 8 ha découpé de schiste et de quartz. Elle possède deux petites plages utilisées pour accoster. En 1912, un géographe du nom de Berger l'a définie comme point central de l'hémisphère Nord, d'où son surnom de Pôle nord des terres émergées.

 

Faune et flore. On y trouve du pavot cornu, du chou marin, des giroflées, du trèfle... La végétation y est abondante mais peu variée. Même constat pour les oiseaux marins, en grand nombre mais assez communs. Sa plus grande richesse se trouve probablement dans le pourtour rocheux tout autour de l'île.

 

En savoir plus sur Piriac

Retour à l'accueil